Un juge poignardé à Metz ce matin : Rachida Dati est attendue cet après-midi

Publié le par jeunespop57

         
         

                   Vers
10 heures ce matin, au tribunal de grande instance de Metz. Le magistrat, Jacques Noris, vice-président du TGI chargé du tribunal pour enfants, notifie dans son bureau la prolongation du placement d’un mineur dans un foyer. La mère de l'enfant ne supporte pas la nouvelle et poignarde à trois reprises le magistrat à l'abdomen, au moyen d'un long couteau.

                    Ce dernier a été immédiatement évacué par le Samu à l'hôpital Bon-Secours de Metz. Dans un état jugé "sérieux" mais "stable", il est actuellement au bloc opératoire, où il est arrivé "conscient. Le pronostic vital sera communiqué par l'hôpital lorsque le magistrat aura quitté le bloc opératoire.

                    La polémique sur la sécurisation des juridictions n'a pas tardé à rebondir. Le président de la République, Nicolas Sarkozy, a aussitôt demandé à la garde de Sceaux, Rachida Dati, de lui présenter des mesures pour l'améliorer la sécurité. Cette dernière se rendra dans l'après-midi au TGI de Metz, suite à cet acte qu'elle a qualifié de "très choquant". "Elle a demandé à ses services un état des lieux immédiat sur la sécurité du TGI de Metz et plus largement de l'ensemble des juridictions afin qu'un tel drame ne se reproduise plus", a également précisé son cabinet. 

                     Pour le ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, "la sûreté des juridictions est une priorité qui doit faire l'objet de réponses pragmatiques et diversifiées reposant notamment sur le développement de moyens de contrôle, de surveillance et de prévention''.

                     L'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire) exige en effet un "plan d'urgence de sécurisation des juridictions" et menace d'appeler les magistrats à "exercer leur droit de retrait".





Publié dans Actualité

Commenter cet article