Frêche enfin puni par la Justice

Publié le par jeunespop57

g.fr--che.jpg

Georges Frêche, ancien maire PS de Montpellier, président divers gauche du conseil régional du Languedoc-Roussillon, a été condamné mercredi à 1 500 euros d'amende par la cour d'appel de Montpellier pour diffamation. En novembre 2005, au plus fort de la crise des banlieues, lors du discours d'inauguration de la mosquée de La Paillade, il se demandait, « si ce ne sont pas les flics, qui, comme en Mai 68, mettent le feu aux bagnoles ». Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, avait porté plainte et saisi le ministre de la Justice afin qu'il déclenche des poursuites. En première instance, le tribunal correctionnel de la ville avait relaxé Georges Frêche alors que le Parquet réclamait une amende de 5 000 euros.

 

L'ancien maire de Montpellier, connu pour ses ô combien tristes et honteux dérapages verbaux, a décidé de se pourvoir en cassation en estimant qu'il existe une flagrante contradiction entre les lois françaises et européennes.

 

Aujourd’hui, cette même cour d'appel aura rendu un autre jugement concernant l'affaire dite des harkis, traités de « sous-hommes » par Georges Frêche. En première instance, il avait écopé d'une peine de 15 000 euros d'amende.

 

Au début de l'année, Georges Frêche a été exclu du Parti socialiste pour ses divers propos injurieux. Et bien qu’il soit resté trop longtemps impuni, justice a finalement été faite.

Publié dans Actualité

Commenter cet article

jcdr 16/09/2007 18:15

je suis content d'apprendre que pour toi des décisions de "justice" (relaxe sur les "sous-hommes", çà c'est de la Justice !!! :-( ) sont plus ou moins valable selon la nature des délits et l'origine politique.

Florian 14/09/2007 20:34

Ne sois pas si idiot "jcdr". Ne mélangeons pas tout !

jcdr 14/09/2007 18:50

et maintenant, le père et la fille chirac, et les guignols de "Clearsream 2", villepin, alliot-marie et cie