L'ouverture, c'est oui !

Publié le par jeunespop57

3777449690-francois-fillon-se-pose-en-homme-libre-mais-fidele-a.jpgLes 28 et 29 septembre se tenaient les journées parlementaires de l'UMP à Strasbourg, ville devenue symbolique de l'attachement de notre mouvement et plus encore du gouvernement à l'idéal européen. De ces deux jours de débats et d'échanges, ce que les rédactions des 20h auront retenu, c'est la sortie de Josselin de Rohan, le président du groupe UMP au Sénat, contre l'ouverture. Evidemment, ce n'est pas représentatif de ces journées qu'on ne saurait résumer à cette intervention et à celle de Patrick Devedjian.

Elle est pourtant significative : significative de la rupture qu'incarne Nicolas Sarkozy avec les anciennes pratiques politiques, voire même politiciennes.

La IVè République, c'était l'instabilité gouvernementale parce qu'il n'y avait pas de majorité parlementaire. La Vè République avait résolu ce travers en permettant à des majorités solides de se former. Mais force est de reconnaître qu'il aura donc fallu attendre la XIIIè législature pour l'on sorte de ce que l'on peut qualifier de dictature de la majorité. Il est loin le temps où André Laignel pouvait s'exclamer, grandiloquent à la tribune de l'Assemblée nationale, "vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires". Cette phrase, c'est l'horreur démocratique dans toute son ampleur.

ump-ensemble.jpgL'ouverture que pratique Nicolas Sarkozy, ce n'est pas un coup médiatique pour déstabiliser la gauche pendant la campagne législative, parce qu'il l'annonçait dès son discours d'investiture du 14 janvier à la Porte de Versailles.Mais tandis que François Bayrou faisait de cette méthode de gouvernement le seul point de son programme, Sarkozy traçait les lignes d'un projet de société, d'un projet d'avenir. C'est parce que ce projet existe que l'ouverture est possible, sans cela ce serait un débauchage, c'est à ce projet que les "personnalités de l'ouverture" adhèrent, sans se renier, sans renoncer à leurs idéaux. Au contraire, ils contribuent à ce projet, pour en faire celui de tous les Français. Le temps de l'impuissance publique, où la politique se résumait à des querelles partisanes pour se répartir quelques postes, est révolu.

C'est un diagnostic que tous les candidats à la présidentielle partageaient : nous n'avons plus le temps d'attendre, la réforme est devenue urgente, nécessaire. C'est pour cela que l'ouverture l'est : les enjeux sont si importants qu'on ne saurait s'y attaquer seuls, le succès n'est possible que si l'on sort du scepticisme, que l'on abat les frontières entre les partis, si on se relève tous les manches. Pour paraphraser le slogan de Nicolas Sarkozy pendant les élections présidentielles : c'est ensemble que tout devient possible.... 

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Florian 05/10/2007 21:25

P.A. est de retour et ça se voit. Hallelujah !

P.A. 05/10/2007 09:00

Je suis de bonne foi, et les français sont de plus en plus nombreux à ouvrir les yeux... Je ne dis pas qu'il n'y a rien eu de fait en 6 mois mais pas suffisament. Quand on voit les reformes sur l'université ou sur le service minimum, on voit rapidement qu'on ne va pas au bout des reformes. On part dans tous les sens pour pas grand chose. Moi j'aimerais que Sarkozy réussisse mais on en prend pas le chemin...
Concernant Dominique de Villepin, tu n'ecoutes pas assez ses propos car derriere chaque critique se dessine une proposition alternative, c'est ce qui fait la force de sa critique. Il faut peut etre aller au bout des choses avant d'avancer des arguments... Et je ne vois pas pourquoi tu l'amènes dans ce débat...
Pour l'ADN, je sais bien que c'est pas Sarkozy, mais la France par son histoire n'est pas un pays comme les autres, nous somme les gardiens d'une certaine morale, d'un humanisme, c'est au Président d'y veiller. Quand je vois des gens comme Pasqua ou Balladur s'opposer farouchement aux tests je suis content de voir que la droite croit encore en certaines valeurs.

Julien 05/10/2007 02:29

PA, j'en reviens à la dernière phrase de mon commentaire : un peu de bonne foi !

Nicolas Sarkozy a été élu le 6 mai, il a pris ses fonctions le 16 mai... Le deuxième tour des élections législatives a eu lieu le 17 juin. Le Parlement a été réuni en session extraordinaire durant tout le mois de juillet puis de la mi-septembre jusqu'à la reprise de la cession ordinaire... Cela n'a effectivement laissé que peu de temps pour agir, et pourtant : université, droit de succession, loi Travail, Emploi, Pouvoir d'Achat, peine plancher... Jamais une majorité n'avait réalisé en si peu de temps une si large partie de son programme, décrêts d'application à l'appui. On peut même dire que certains des précédents locataires de l'Elysée n'en ont pas fait autant en deux mandats (non, je ne citerai pas de nom...). Après, je le dis et je le répète : la loi n'est pas une baguette magique, il faut laisser le temps à ses effets de se déployer, de se diffuser. S'il suffisait d'un claquement de doigts, il y a longtemps qu'il n'y aurait plus aucun problème...

En revanche moi je m'interroge sur le caractère constructif de la position de Villepin... C'est en effet un peu facile de fuir le scrutin populaire pour n'avoir de compte à rendre à personne et se contenter de critiquer et de décocher des flèches sans jamais proposer. C'est une position assez lâche...

Quant à l'amendement déposé par un député visant à introduire des tests ADN, ce n'est pas Sarkozy qui l'a déposé, ce n'est pas un article du texte de loi proposé par Brice Hortefeux. C'est le fruit du travail parlementaire, c'est en tout cas la preuve que les députés de la majorité ne sont pas "godillots". Ce qualificatif, c'est plutôt à une opposition systématique, indifférenciée et sans projet qu'il s'applique (là encore, pas de nom...). Et cet amendement a largement été modifié par le Sénat.

Mais en tout cas, sans être un farouche partisan de la mesure, je dois dire qu'elle me semble de bon sens... En effet, de nombreux pays européens, dont la Belgique dont je ne crois pas qu'elle soit un pays en retard en matière de droits de l'Homme, ont adopté cette mesure pour palier à un certain nombre d'insuffisances administratives : absence d'état civil, destruction des archives dans des conflits. Ces tests sont un moyen de prouver la filiation et de justifier une demande de regroupement familial, notamment dans les cas où il n'existe pas de documents administratifs permettant de prouver le lien de parenté. Ce n'est qu'une voix de recours parmi d'autre. Même si je ne doute pas que la majorité des immigrants soit honnête, on ne peut se reposer sur la seule bonne foi des individus, sauf à prendre la responsabilité de créer une nouvelle filière d'immigration illégal dont le filon aura été ouvert par l'angélisme béat des pleureuses...

P.A. 04/10/2007 12:14

Pour la croissance et le chomage, je pense que l'inertie du gouvernement actuel y est pour quelque chose. Ce sont des combats de tous les jours, là on a un vide d'action qui influe sur la confiance et sur les elements qui font la croissance. Pour le chomage il a continué de baisser ds les premiers mois de Sarko suite à l'action du précédent gouvernement mais idem à un moment il faut encourager ce mouvement, ce qui n'est pas le cas. Avec Sarko, l'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. Il donne l'impression d'agir mais j'attends des resultats concrets.
Pour l'ouverture, je pars du meme constat que toi mais avec des conclusions différentes, si on ne tient pas compte des specificités de chacun c'est inutile...Sarkozy n'avait pas à renoncer à son programme mais eventuellement l'infléchir sur certaines questions s'il veut vraiment de l'ouverture. Pour la question de l'ADN les ministres de gauche se sont exprimés et après??? On ne tient pas compte de leur avis.

Je vous invite à signer cette pétition: http://www.touchepasamonadn.com

Julien 04/10/2007 10:27

Attention PA à ne pas sombrer dans un excès de critique qui t'amènerait à critiquer le bilan de ton idole... Car pour l'instant, les chiffres de la croissance (ceux du 1er semestre) sont le résultat de la politique économique du précédent gouvernement. Car honnetement, qui peut croire que la loi TEPA, votée au début du 2è semestre, est à l'origine des piètres résultats du 1er semestre ? Laissons le temps à la loi Lagarde de déployer ses effets dans le tissu économique. Idem pour le chômage. La loi n'est pas magique, il ne suffit pas qu'elle soit votée pour que tous les problèmes soient réglés...

Quant à l'ouverture, je ne partage pas non plus ta critique : Nicolas Sarkozy a été élu, largement, sur un programme qui rassemblait bien au delà de l'électorat "traditionnel" de l'UMP. Des hommes comme Bernard Kouchner ou Jean-Marie Bockel avaient d'ailleurs exprimé, avant les élections, certains points d'accord.

Mais j'ai l'impression que pour toi, l'ouverture aurait du être un renoncement du Président et de sa majorité au programme sur lequel ils ont été élus... L'ouverture, ce n'est pas transiger avec le programme. Mais la politique, ce n'est pas que le programme. C'est là que l'ouverture prend tout son sens : il me semble que Kouchner comme Amara se sont exprimés sur les tests ADN pour les candidats au regroupement familial, avec leur sensibilité. Martin Hirsch a été nommé pour mettre en oeuvre l'idée qu'il promeut depuis longtemps de RSA (revenu de solidarité active), Jack Lang peut apporter l'ensemble de ses propositions sur les réformes institutionnelles...

Bref PA, un peu de bonne foi n'a jamais tué personne...