Quelques vérités sur la loi "Travail, Emploi, Pouvoir d'Achat"

Publié le par jeunespop57

Lagarde3.jpgLa loi TEPA, c'est le fameux "paquet fiscal", porté par Christine Lagarde et voté cet été par le parlement et directement issu des principaux engagements de campagne du Président de la République. C'est la réponse que les Français attendent en matière de pouvoir d'achat et d'emploi, elle réhabilite le travail, l'effort et le mérite, elle met en place une fiscalité qui libère les énergies, encourage l'esprit d'entreprendre, renforce les atouts de notre pays, au profit de tous les Français.

Et pourtant, aujourd'hui, tout et n'importe quoi se dit au sujet des différents volets de cette loi... Revue de détails, point par point.

Sur l'exonération des charges sociales et fiscales sur les heures supplémentaires, on entend parfois dire que cette mesure augmentera le pouvoir d'achat es Français ayant déjà un emploi, au détriment des autres... C'est oublier un peu vit que le travail ne paie pas assez et que les salaires des Français figurent parmi les plus bas en Europe ! D'autant qu'il serait naïf de croire que l'on pourra réduire le chômage sans rendre le travail plus attractif, c'est un des objectifs de cette loi.
Autre "argument" des opposants à cette loi : inciter à la pratique des heures supplémentaires reviendra à décourager l'embauche de nouveaux salariés... Une conception de l'économie révélatrice d'un malthusianisme débridé : en effet, la croissance économique profite à tous ! En exonérant de charges les heures supplémentaires, nous créerons davantage de richesses qui seront synonymes de créations d'emploi. C'est le travail des uns qui crée l'emploi des autres.
Mais les détracteurs de cette loi craignent qu'elle ne signe la mise à mort des 35h... Rien de plus faux ! Si les 35 heures restent la durée légale du travail, chaque Français doit avoir la liberté de travailler plus pour gagner plus. Petite piqûre de rappel à nos amis socialistes :
les 35 heures ont instauré un gel des salaires, premier responsable du problème de pouvoir d'achat dont souffre notre pays !
Argument ultime, quoiqu'un peu frileux, c'est que cette mesure aurait un coût budgétaire important qui semblerait irresponsable au regard de l'endettement de la France... Encore une fois, c'est la preuve d'une méconnaissance manifeste des principes de base de l'économie : le cercle vertueux de la croissance favorisé par la baisse des prélèvements obligatoires assurera des rentrées fiscales supplémentaires. D'autnat plus qu'en matière de recettes budgétaires et contrairement à une idée reçue, le rendement de l'impôt est une question d'assiette avant d'être une question de taux.

Sur l'allègement des droits de mutations à titre gratuit, on entend dire que ce serait contraire aux principes de redistribution et d'égalité des chances. Le principe qui motive cette réforme est simple : chaque Français doit pouvoir transmettre à ses enfants son patrimoine, qui n'est rien d'autre que la récompense du travail de toute une vie. La suppression des droits de succession concernera ainsi 95% des foyers les moins riches.

Sur l'abaissement du bouclier fiscal de 60% à 50% des revenus, certains prétendent que ce serait un cadeau fait aux riches... Prétendre cela, c'est refuser à chaque Français le droit de pouvoir jouir des fruits de son travail. Avec une idée forte à la base : nul ne doit payer en impôts (CSG et CRDS comprises), plus de la moitié de ce qu'il a gagné. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, la très grande majorité des bénéficiaires de cette réforme fera partie des classes moyennes et modestes, touchées de plein fouet, notamment, par le boom de l'immobilier.
Un bémol ? Le bouclier fiscal à 60% a montré que les personnes à revenus modestes se servaient peu de ce droit, alors à quoi bon l'abaisser à 50 ? Simplement parce qu'il y a un effort de pédagogie et d'information à réaliser auprès de ces personnes. Ce n'est pas parce qu'une mesure est méconnue qu'elle est inutile !

Sur l'exonération d'ISF des investissements effectués dans les PME, d'aucuns affrment que ce serait un nouveau cadeau fait aux riches... Cette mesure répond pourtant à un réel impératif d'efficacité économique : ce dispositif aura des effets positifs sur la croissance. Le tissu des PME sera enfin financé, alors qu'il est actuellement sous-developpé par rapport à nos voisins allemands. N'oublions pas que ce sont ces PME qui fournissent la plus grande partie de l'emploi en France.

Sur le conditionnement de l'attribution de "parachutes dorés" au respect de critères de performance, on entend, à gauche surtout, dire que ce n'est qu'une mesurette, qu'il aurait fallu interdire purement et simplement les parachutes dorés pour moraliser la vie économique. Ce qui reviendrait ni plus ni moins à supprimer la liberté de contracter, essentielle dans toute démocratie. La loi TEPA renforce ainsi la transparence des conventions réglementées, pour empêcher les abus manifestes. Ainsi, un patron qui échoue ne pourra plus être récompensé.

On le voit donc ici... La loi TEPA, qui réalise une grande partie du programme de Nicolas Sarkozy, touche à tous les aspects pour libérer, enfin, toutes les énergies, relancer la croissance, l'emploi et le pouvoir d'achat !

Publié dans Actualité

Commenter cet article