Débat sur les OGM

Publié le par jeunespop57


Alors qu'un projet de loi est en débat au Parlement, débat au cours duquel François Grosdidier a pris des positions courageuses, les Jeunes Populaires de Moselle souhaitent ouvrir un débat sur ce blog sur cette question des OGM.

A vos commentaires...!!!

Publié dans Débats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

peppone 12/04/2008 11:28

L'exemple du train est malencontreux.

Les OGM sont dangereux, car ils touchent à un domaine mutant où les interactions et les interdépendances sont un terrible billard à plusieurs bandes.

La chenille qui sera tuée par le mais génétiquement modifié, sera elle même mangée par l'oiseau qui le sera lui même par le chat...

Nous ne savons rien de ces interactions, ni même de son impact sur l'homme... On ne peut pas dans le doute se lancer dans sa production!

Et quels sont les avantages de ces OGM? Une consommation moindre de pesticides? Je n'y crois pas, une meilleur agriculture pour les pays du tiers monde? De qui se moque t on? Les OGM imposeront à ces pays le rachat annuel des semences ce qui les placera dans une dépendance économique et alimentaire des grandes firmes!

ET enfin, et il faut en parler, c'est le lobby puissant des grands complexes agro-alimentaires, qui poussent le gouvernement de la 2è puissance agricole mondiale (cocorico!), à opter pour ce mode de production pour conserver notre rang.

Voila les vrais termes du débat. Ils sont ^politiques et économiques plus qu'écologiques.

La droite et l'UMP est à un carrefour, soit elle s'engage durablement dans le mouvement de protection de la biologie et en paie le prix économique pour le pays, soit elle satisfait le clientelisme de certain députés auprès des lobbys agricoles, FNSEA en tête, qui sont des soutiens importants de la droite française...

Bravo M. Sarkozy pr le moratoire, bravo à M.Grosdidier pour votre insurrection à l'assemblée et bravo à cette droite qui se bat pour la sécurité génétique et alimentaire de la planète!

observateur libéral 09/04/2008 23:27

Je partage pour l'essentiel l'avis de Julien, avec cette réserve que la dépendance des agriculteurs aux semanciers existe déja car les plants modifié ( par des croisements "manuels" )dans laur majorité ne sont pas réutilisés, car peu réutilisables.
quand aux gains proprement dits: vus les parts de marchés des OGm là ou ils sont admis, le marché semble avoir donné son verdict.

Julien P. 09/04/2008 20:04

OGM : incontestablement les trois lettres les plus anxiogènes du moment, celles qui suscitent le plus de passion et les réactions les plus virulentes.

Il avait fallu attendre le Grenelle de l'Environnement pour briser le monopole sur le débat qu'avaient les idéologues pour le ramener sur la voie de la raison et pouvoir enfin entendre les scientifiques. Ce qui ne signifie nullement que société civile, philosophes et "moralistes" doivent en être écartés. Science sans conscience ne serait que ruine de l'âme , si l'on en croit Rabelais...

Aussi est-il surprenant, et regrettable, de voir le consensus du Grenelle ainsi remis en cause par ceux-là mêmes qui s'étaient appuyés sur l'organisation de celui-ci pour se faire élire au moins de juin 2007.

La question n'est pas d'être pour ou contre les OGM. Il en faut et ils représentent un potentiel d'avancées majeures pour l'Humanité : produire des médicaments à faible coût qui pourraient être ainsi diffusés largement ET facilement (la fameuse "banane vaccin"), permettre aux pays les moins avancés, aux conditions climatiques les plus difficiles, de pouvoir se nourrir avec des cultures moins gourmandes en eau, en traitement...

Mais les OGM ne sont pas la panacée. Ils ont des avantages, certes. Ils ont des inconvénients aussi : pour limiter les risques de dissémination, les plants sont stérilisés... Cela ne réduit pas les risques à zéro, mais cela introduit aussi une forte dépendance vis-à-vis des semenciers auprès desquels les cultivateurs sont alors obligés de se réapprovisionner chaque année, perdant leur autonomie, leur capacité à réemployer une partie de la production pour la replanter ou de faire leurs propres croisements. Ajouter à cela l'énorme difficulté à faire marche arrière après avoir utilisé des OGM, qui ne sont pas nécessairements plus rentables à terme que les cultures traditionnelles.

Sans me faire le héraut du bio, mode de production en vogue mais qui ne permet pas les rendements suffisants pour satisfaire la demande et qui ne permet pas, si l'on souhaite permettre aux agriculteurs de vivre du fruit de leur labeur, d'avoir des prix suffisamment bas pour que tout à chacun puisse en acheter, il est nécessaire de préserver la liberté de choix des consommateurs.

Pour ce faire, il est donc absolument nécessaire de permettre la traçabilité des produits et de donner les moyens aux producteurs non-OGM de garantir leur production sans OGM.

Peut-être que dans 150 ans, on rira autant de tout cela qu'on ne rit aujourd'hui de ceux qui, il y a 150 ans, tiraient sur les trains... Mais le train, il y a 150 ans comme aujourd'hui, on avait, et on a toujours, le choix de le prendre, ou pas.

Pour les OGM, ce ne doit pas être différent : chacun doit être libre de choisir ce qu'il consomme, en toute transparence, avec ou sans OGM...

observateur libéral 09/04/2008 18:21

Les OGM sont cultivés depuis plus de 10 ans sans aucun problèmes dans de nombreux pays.
Le"principe de précaution" empèche toute évolution : en suivant ce principe on n'aurait jamais développé le train ( certains pensaient que les yeux allaient nous sortir de la tête avec la vitesse ) ou l'avion, car il est impossible de prouver que cela est innocent pour les hommes.
Je préfère manger une plante qui a elle même créé ses pesticides que de manger des pesticides pulvérisés à une dose bien plus forte partout. Quand aux soit disant contaminations par dissémination, elles sont marginales et rien n'a été démontré scientifiquement.
un lien pour s'informer hors du brouhah médiatico bovésien : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article771
et non ces scientifiques ne sont pas employés par monsato, j'en ai rencontré et j'ai iscué avec eux.

halte à l'écologisme radical, nouveau fascisme du 21 e siècle ( petite provocation gratuite )

Nicolas HONECKER 09/04/2008 16:21

De mon point de vue, il faut autoriser les cultures OGM uniquement dans le cas où le but est d'améliorer la vie des gens (ex: permettre l'accès de certaines cultures à des populations victimes de famine). Si c'est uniquement dans un but mercantile de quelques multinationales, notamment sans se préoccuper des retombées éventuelles sur la santé, c'est à proscrire totalement.

Il faut également que les cultures OGM soient confinées afin, qu'en cas de problème, les cultures "normales" ne soient pas contaminées.

Concernant les faucheurs, ils doivent être sévérement santionnés car seule la justice est maître pour juger de la légalité ou non d'une culture.