"Affaire Forgeard" : le capitalisme doit être moral !

Publié le par jeunespop57

Les retards pris dans les délais de livraison de l'A 380 et les doutes qui pesaient sur un éventuel délit d'initié, avec la vente d'un nombre important de stock options quelques mois avant que ces retards ne soient rendus publics faisaient que la position de Noël Forgeard n'était pas tenable. Il appartient à la justice de trancher, et si elle l'innocente, il faudra lui redonner toute sa place, à EADS ou ailleurs.

 

Mais le capitalisme, du moins dans son acceptation libérale, se doit d'être moral et éthique. Car c'est bien l'éthique qui est au cœur du libéralisme, comme l'écrivaient déjà Max Weber et Schumpeter.

 

En effet, comment ne pas être choqué par les révélations sur les comportements de certains patrons d'entreprise en difficulté ?

 

La liberté permet au travail, à l’innovation, au dynamisme, à l’intelligence de certains de créer de grandes richesses, à leur profit certes, mais surtout au profit de la collectivité. Si cette création de richesses ne profite pas à l’ensemble de la collectivité mais seulement à une oligarchie, le système est rejeté.

 

Les rémunérations de certains grands patrons qui font progresser leur entreprise, assurent l'emploi des salariés et favorisent le développement économique, comme c'est le cas de celui de l'Oréal, se justifient amplement, parce que leur réussite bénéficie à la collectivité et c'est pour cela qu'elles sont acceptées et respectées.

 

Les stock options sont comprises parce qu'elles constituent une stimulation partagée et encouragent le dynamisme de tous, à condition que les dirigeants ne soient pas les seuls à bénéficier de ce mécanisme d'intéressement, au risque de développer chez l'ensemble des salariés le sentiment d'être exploité.

 

Les rémunérations immenses, totalement déconnectées de la réalité vécue par l’ensemble du pays, lorsqu’elles ne sont pas justifiées par une réussite éclatante et par une intelligence exceptionnelle mises au service de tous, ne sont que l’accaparement du système au seul profit de quelques individus. A fortiori, dans des entreprises publiques où les dirigeants ont été nommés par l’Etat en provenance de cabinets ministériels.

 

Elles sont immorales et conduisent à la détestation du capitalisme, elles font douter de la liberté. Nous devons les condamner, car le système capitaliste doit être moral, et c’est possible !

 

 

Publié dans Bienvenue !

Commenter cet article