Réduire l'endettement : allons encore plus loin

Publié le par jeunespop57

 

 

Les dépenses de l'Etat connaîtront cette année une réduction de 1% en volume. La dette publique se montera à 41 milliards, contre 46 milliards l'année précédente. Telles sont les prévisions contenues dans le projet de Loi de Finance pour 2007.

 

Pierre Méhaignerie se réjouit de ce résultat qu'il considère comme une étape non négligeable et salue ce budget de transition.

Il rappelle cependant que l'effort est loin d'être terminé, ainsi que l'engagement de l'UMP d'aller plus loin : réduire la dette, c'est aussi réduire les "dépenses des grandes institutions, y compris le Parlement". Des réductions plus importantes peuvent être obtenues par la rationalisation des structures administratives.

 

Nicolas Sarkozy a d'ores et déjà indiqué qu'il montrerait l'exemple, si les Français lui confient la mission de présider la France , en réduisant son gouvernement à 15 ministres.

La maîtrise de la dépense publique passe par le renforcement de l'efficacité de l'Etat. L'objectif est de faire en sorte que l'emprunt ne soit pas affecté aux dépenses de fonctionnement.

 

Pour y parvenir, Pierre Méhaignerie propose la suppression de certains échelons administratifs : les conseils généraux et les communautés d'agglomération pourraient ainsi être fusionnés dans un souci d'efficacité administrative (cesser de multiplier les instances, créant des situations de sur-administration) et de réduction des coûts.

De telles réformes permettraient de stabiliser la dette dans les 2/3 ans à un montant annuel de 32 ou 35 milliards d'euros.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles57 04/10/2006 16:29

Je suis d'accord sur la réduction des dépenses. Nous n'avons pas le choix et c'est un acte politique responsable que de faire des économies et de réduire notre dette.
Je suis tout à fait d'accord avec une simplification de la chaîne d'administration. Après pas mal de réflexion je m'interroge sur le réel besoin du conseil général dans nos vies. En effet , je pense que nous pourrions simplifier et réduire les coûts de fonctionnements avec l'abandon des conseils généraux. En contre partie je suis pour le remforcement du conseil régionnal avec une augmentation des élus pour mieux couvrir le territoire, avec une augmentation des compétences et des budgets. Je serais même pour que les régions disposent d'une partie d'autonomie dans certains secteurs. Je pense par exemple aux programmes dans les lycées. Pourquoi ne pas donner un tronc commun pour l'enseignement de base et nationnal et d'y ajouté des spécialités techniques ou scientifiques pour permettre aux entreprises de la région de trouver sur place des compétences et des techniciens. Beaucoup de régions ont des secteurs économiques et des industries spécifiques. En Lorraine , la sidérurgie, la plasturgie par exemple. Apportons des techniciens et des scientifiques de nos régions dans nos industries locals.