Une histoire belge...

Publié le par jeunespop57

        Des Belges ont lancé leur propre version du parti de la majorité française, baptisée UMP-B, qui veut «transcender les frontières» entre droite et extrême-droite.

               Rassembler la droite classique et les «nationalistes fréquentables», tel est l’objectif que se sont fixés les fondateurs de l’UMP-B. Ce nouveau parti, qui se veut proche des son homologue français, n’a pas pour autant demandé l’accord de la formation pilotée par Nicolas Sarkozy avant de se lancer.

              «On ne veut pas nuire à l'UMP et à M. Sarkozy, que nous considérons comme un homme d'exception. Nous voulons, comme M. Sarkozy en France, rassembler toutes les forces de droite en Wallonie», explique le fondateur de l'UMP-B, Pierre D'Ans.

               Selon plusieurs sources, D’Ans serait «l'ancien leader liégeois» de Force nationale, une dissidence du parti d'extrême droite belge Front national. Sur son site Internet, l’UMP-B appelle d’ailleurs à «transcender les anciennes frontières» entre droite classique et droite «nationaliste (mais fréquentable)».

                D’Ans l’assure : «nous avons contacté plusieurs fois l'UMP à Paris depuis 4 mois, mais ils ne nous ont jamais répondu, alors nous avons foncé». Alexandre Laurent, trésorier de la section belge du parti de Nicolas Sarkozy, n’est pas du même avis. Il affirme que dès la mi-décembre, «le service juridique de l'UMP les a sommés d'arrêter cette utilisation abusive de notre sigle et de notre logo qui risquait de créer la confusion». 

 

 

 

 

Source: Le Figaro - 27/12/2006

Publié dans Actualité

Commenter cet article

NicodeMetz 27/12/2006 21:54

Insistons sur le fait que l’UMP Belge n’a aucun rapport avec notre UMP. Il s’agit d’un odieux plagiat mené par un petit marquis de l’extrême droite wallonne qui souhaite profiter des valeurs de travail et de probité qu’incarne Nicolas Sarkozy.
Si l’extrême droite en Flandre est représentée par le Vlaams Belang (ex-Vlaams Blok) qui reçoit une audience non négligeable (notamment dans la région d’Anvers), il n’en est pas de même en Wallonie où l'extrême droite peine à trouver des électeurs.
Petit retour en arrière : En 1985, il a été créé un Front National sur le modèle du parti français et qui a reçu le soutien de Le Pen (à partir de 2000, le Front National Français soutient le Bloc Wallon). Comme en France, ce fut le rassemblement de toutes les composantes de l’extrême droite. Comme en France, il y eu de multiples scissions. A l’approche des élections provinciales et communales du 8 octobre dernier, certains membres du FN en délicatesse avec le président formèrent Force Nationale. Ce dernier mouvement scissionna et donna naissance à l’UMP-B. L’UMP-B n’est donc qu’un groupuscule d’extrême droite.
Pour les Français qui résident en Belgique et qui souhaitent défendre leurs idées au sein de l’UMP (la seule, la vraie), voici le site de la fédération www.ump-belgique.be
Pour les Belges qui défendent les valeurs de la droite et du centre, comme l’UMP le fait en France, ils peuvent rejoindrent les partis membres du PPE : le CDH en Wallonie, le CD&V en Flandre et le CSP pour les germanophones.

Fée Clochette 27/12/2006 18:12

Merci à nos amis belges qui sont nombreux à nous soutenir mais attention à ne pas faire d'amalgame: l'UMP n'est pas un parti d'extrême-droite!