Du nouveau chez les Pop' de Moselle

Publié le par jeunespop57

Les Jeunes Populaires de Moselle viennent de créer leur comité de soutien à Nicolas Sarkozy. Afin d’appuyer l’efficacité de ce comité, un site Internet consacré à l’action de Nicolas Sarkozy a été créé et vient d’être mis en ligne :

 lesjeunes57avecsarko.com

N’hésitez pas à rejoindre ce comité*, adhérent ou non à l’UMP, pour soutenir notre candidat !

*Aucune participation financière n’est demandée pour rejoindre un comité de soutien

 

Autre nouveauté : découvrez toutes les une à deux semaines des sujets de débat sur ce site. Le débat, trop souvent réclamé mais trop peu réalisé, est un élément essentiel de la campagne présidentielle.

 

Voici donc pour vous tous l’occasion de vous exprimer sur les propositions faites par nos candidats à la présidence de la République.

Commençons dès aujourd’hui avec le premier débat :

 Le statut de l’université

Nicolas Sarkozy s’est montré favorable à l’autonomie des universités (pour celles qui le désirent) pour permettre à celles-ci de recruter des enseignants et des chercheurs et de moduler leurs rémunérations, de gérer leur patrimoine, de passer des contrats de partenariat avec d’autres établissements ou avec des acteurs de la vie économique locale.

Ségolène Royal, quant à elle, désire adopter une loi de programmation qui passera par une hausse de la dépense par étudiant pour la porter au même niveau que la moyenne des pays de l’OCDE en 5 ans, le renforcement de l’autonomie des universités dans le cadre national et l’association des régions à la remise à niveau des universités (bâtiments, logements étudiants…).

                               Alors, pour ou contre l’autonomie des universités ? Le débat est ouvert.  

 

 

Publié dans Débats

Commenter cet article

Erasme de Metz 18/02/2007 19:12

Sauf le respect que je vous dois, je pense répondre à votre question ce qui n’est pas votre cas. Votre question n’etait pas comment rendre les Universités autonomes, mais sommes nous pour ou contre l’autonomie.
La position de Nicolas Sarkozy, très libérale, suppose que l’autonomie, les financements privés, permettront de sortir les Univesités françaises du marasme.
Ce constat de marasme nous le partageons.
Par contre, l’autonomie n’est en aucun cas une solution à la hauteur des enjeux. La concurrence n’est en effet pas loyale, pure et parfaite.
Nos Universités font face à des Etats qui investissent massivement dans l’enseignement supérieur soit directement (Chine, Singapour), soit indirectement (budgets Défense USA). Les fonds privés s’orientent aussi massivement vers l’Asie compte tenu du potentiel de cette zone.
A nos yeux, l’autonomie ne se justifie que si elle est progressive, juste et accompagnée d’un surnvestissement de la part des collectivités.
Donc la réponse est pour nous une autonomie encadrée (péréquation,…) accompagnée des éléments dont je faisais la liste dans mon commentaire précédent.

gilles57 17/02/2007 14:44

Erasme, il n'y a pas de pression de ma part...Je fais la remarque qu'il n'y a pas beaucoup de socialiste pour les débats d'idées.
Pour ta réponse sur la question je pense que la remarque des jeunes 57 est très bien. Tu ne répond pas au sujet et ta candidate n'ont plus.....Mais nous avons l'habitude avec Mme Royal.

gilles57 17/02/2007 14:40

Pour Unknown , fée clochette est ma copine..lol... je rigole mais je suis sur la liste avant toi....

Les jeunes 57 avec Sarko 17/02/2007 10:21

Erasme, merci pour ta contribution. Elle est interessante mais ne répond pas a mon avis à la question posée.L'autonomie financiere des etudiants est une autre question et le rapprochement avec les collectivités locales (qui est deja fort actuellement) n'est qu'une partie de la question.
Pour Nicolas Sarkozy, une grande reforme structurelle s'impose pour proposer sur la base du volontariat un statut d'autonomie:
c’est la liberté de recruter ses étudiants, notamment étrangers.
- c’est la liberté de recruter les meilleurs professeurs à travers le monde. Il faut que les chercheurs du monde entier viennent enseigner à nos étudiants dans nos universités
- c’est la liberté de définir des programmes de recherche et de passer des partenariats avec les entreprises pour que ces programmes soient en partie financés par elles. Que les étudiants qui étudient et qui ont un diplôme dans l’université puissent avoir la chance d’un emploi après
- c’est la liberté du financement. Tout ne doit pas être financé par le public. Il existe des fondations, des donateurs, des entreprises qui doivent pouvoir financer des universités comme dans toutes les grandes démocraties du monde
- c’est changer la gouvernance des universités. Que l’université dispose d’une équipe qui puisse la dynamiser, qui s’engage sur un projet pour qu’il soit mis en œuvre et que cette équipe soit sanctionnée si elle n’atteint pas ses objectifs.

Voila une vision nouvelle pour l'université. Je reconnais qu'il faut un certain courage politique pour la mettre en oeuvre. Mais c'est pour cela que je soutiens Sarko...

Erasme de Metz 17/02/2007 09:11

Sous la pression de Gilles57, et malgré sa conception toute personnelle du débat...puisque ce n'est pas grâce à lui que j'ai des discussions intéressantes avec des UMP su rmon site. et sa remarque sur le débat s'applique aussi à l'UMP sauf aux JenesPOP55 que je salue.

Pour plus d'autonomie des universités, oui. Comme le résumé de l'article l'indique c'est porposé par Ségolène Royal. Mias à mes yeux, le projet de Ségolène Royal est plus cohérent (cela vous étonne !!). Pourquoi:
- il prévoit une programmation, qui veillera à maintenir une péréquation financière, et éviter de trop grandes injustices entre territoires
- il fait de l'éducation et de la recherche une priorité absolue, en mettant les moyens d'une autonomie financière des étudiants et en renforçant les moyens en recherche/développement
- il renforce (ou remet sur pied) la décentralisation politique au niveau régional: c'est indispensable pour que des Universités puissent avoir un interlocuteur politique local, avec lequel construire

Plus que des mesures techniques, il est important de voir la cohérence d'un plan.

A Gilles57: à travers la recherche, l'Université française est déjà très largement ouverte à l'entreprise; et je ne parle pas des Grandes Ecoles ou le lien est encore plus fort et depuis longtemps