Bayrou, un vote inutile

Publié le par jeunespop57

 

Avec 18% dans les sondages, François Bayrou prend la grosse tête. Une grave erreur car elle le conduit à dire n'importe quoi. Qui plus est, comme tous les autres candidats, rien ne lui est acquis, loin s'en faut ! Le vote Bayrou n'est rien d'autre que l'expression d'un vote Bobo, ni droite ni gauche, mais surtout un attrape-couillons et en aucun cas un vote utile !

 

Car l'objectif à court terme est de dégager une majorité confortable pour appliquer la politique sur laquelle le nouveau président aura été élu. Or la configuration politique française (je rappelle que l'UDF n'a qu'une trentaine de députés), l'UDF est dans l'impossibilité de s'accorder une majorité. Et François Bayrou ne le sait que trop bien, c'est pourquoi il parle d'ores et déjà d'un gouvernement de coalition. Mais allié avec qui ? Les socialistes ? Ils refusent prétextant son positionnement de centre droit. L'UMP ? Le mouvement n'y a jamais été opposée, mais François Bayrou a tout fait ces dernières années pour consommer la rupture jusqu'à renier le seul ministre UDF du gouvernement au motif de son appartenance au gouvernement. Une alliance de personnalités de gauche et de droite ? Possible mais cela ne fait pas une majorité, et c'est méconnaître la logique des partis dans une élection. La France, en outre, a une histoire politique marquée par une forte dichotomie gauche/droite. Un seul homme dans l'histoire de France qui a su réunir toutes les forces politiques françaises, ce fut De Gaulle. Et le moins que l'on puise dire, c'est que F. Bayrou ne lui arrive pas à la cheville. De plus, la configuration était différente. Si la France est en crise, nous ne sommes pas dans le contexte d'après 45. Sur le fond enfin, F. Bayrou ne propose rien de transcendant qui ne force l'admiration et le rassemblement de tous. Au contraire, F. Bayrou joue la carte corporatiste, flagrante avec les enseignants.

 

Son seul atout actuellement, c'est la frivolité de la pré-campagne, une volonté de changement qui pousse à l'irrationalité comme ce fut le cas en 2002 pour Chevènement, Laguiller ou Besancenot. Mais à l'approche du premier tour, la raison l'emporte sur les sentiments. Les Français savent que ce qui prime, c'est une vision de la France, un projet et un homme pour mener à bien les réformes dont la France a besoin. Dès lors, soit le vote est utile, soit il est contestataire à l'extrême, mais en aucun cas il n'est un entre-deux comme le vote Bayrou. A trop vouloir faire de la politique sandwich, F. Bayrou pourrait se faire manger politiquement. Par qui, là est la vraie question ?

 

 

David Wilhelm

 

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fée Clochette 08/03/2007 19:03

Bayrou est loin d'être un "petit" candidat. Ce qu'on lui reproche, c'est d'avoir un programme un peu fourre-tout qui contente un peu tout le monde. Bayrou est celui qui rassure le plus, notamment auprès des indécis... Mais le choix de la facilité est-il toujours le meilleur?

jean-christophe dupuis-rémond 08/03/2007 16:05

euh... y a pas des législatives après la Présidentielle ?

Aucun députés non UDF n'irait à la soupe si Bayrou l'emporte au 2nd tour ?...

Fée Clochette 07/03/2007 18:39

La guerre est finie depuis plus de 60 ans, jpb. Il est temps de revenir à la réalité.

jpb 06/03/2007 16:49

De Gaulle n'avait aucun député qui le soutenait quand il a été combattre à Londres. Croyez vous que ce soit ce genre de détail qui doivent freiner l'action d'un homme politique ?