Un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale? Et alors?!

Publié le par jeunespop57

               Nicolas Sarkozy a remis ses idées au centre de la campagne. En annonçant sur France 2 son concept de « ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale », le candidat UMP a provoqué un beau tollé. Dès hier matin, la gauche, l'UDF et les associations de défense des droits de l'homme sont montées au créneau. Le socialiste François Hollande a dénoncé « un flirt poussé avec les thèses du Front national ». Le centriste François Bayrou s'est également ému : « Enfermer dans la même phrase immigration et identité nationale, je ne sais si vous voyez ce que ça cherche à évoquer mais je dis qu'il y a là une frontière franchie. » Au passage, le candidat UDF a ciblé Simone Veil qui vient de se rallier à Nicolas Sarkozy : « La Simone Veil que j'ai connue et respectée, je suis sûr qu'elle ne peut pas accepter cette approche. »

               La Ligue des droits de l'homme s'est dite « scandalisée » tandis que le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié des peuples (Mrap) a fustigé une « idéologie raciste ». Jean-Marie Le Pen lui a ironisé sur « une petite opération de racolage sur les terres du Front national ».

                Le candidat UMP, qui sait manier les mots, a bien sûr mûrement réfléchi à l'intitulé de son futur ministre de « l'Immigration et de l'identité nationale ». Sur le fond, sa proposition d'un ministère de l'Immigration est connue depuis longtemps. Le candidat veut regrouper un dossier éclaté aujourd'hui en trois ministères différents. Mais cette fois, il y a ajouté « l'identité nationale ». En provoquant la gauche et les centristes, le ministre de l'Intérieur cherche, en fait, à reprendre la main. À provoquer le débat comme il a su le faire à tant de reprises il n'y a encore pas si longtemps. Bref, il veut redevenir le candidat de la transgression, de la rupture et, non plus, le candidat des notables. Son objectif est simple : relancer une campagne qui commence, selon certains de ses partisans, à ronronner.

                 Ségolène Royal a bien entendu réagi à cela en déclarant : « je trouve assez ignoble de faire cet amalgame entre l’identité française et les travailleurs immigrés, étrangers qui viennent pour contribuer à la croissance économique et qui, je le rappelle quand même, viennent à la demande des entreprises ». Et d’ajouter : « Jamais les travailleurs immigrés n’ont menacé l’identité française. Au contraire, les immigrés viennent en France, souvent pour faire un travail que les Français ne veulent pas faire »

                  Rappellons à nos lecteurs avertis que cela fait au moins depuis 35 ans que les entreprises ne font plus appel à la main d’œuvre étrangère, qu’il y a même eu des « aides au retour au pays »  jusqu’en 1981 car la France était déjà saturée. Les seuls à vouloir faire venir des étrangers dans l’optique de faire des profits ce sont les communistes et les socialistes pour gagner des voix.

                   Ensuite, dire que les étrangers sont là pour « faire le travail que les Français ne veulent pas faire » est bien plus irrespectueux que de dire que l’on veut un Ministère de l’Immigration… Ségolène Royal considérerait-elle que certains travaux jugés indignes par les Français doivent être « refourgués » aux étrangers, que ces derniers ne servent qu’à cela ?

Alors, lequel des deux procédés est le plus ignoble, franchement…

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Erasme de Metz 17/03/2007 08:18

@ Gilles57, je dirai que je ne vois pas en quoi ce que vous dites est incompatible avec ce que vous dites. Je suis prêt à partage certains points, points que l'on retrouve dans le pacte de Ségolène Royal : le donnant donnant, des moyens face à des résultats

gilles57 15/03/2007 18:35

L'éternel refrain des socialistes sur l'éducation nationale....pppffffff.........c'est vraiment de l'archaïsme.
L'éducation nationale a un budget qui ne donne pas de résultat à la hauteur des moyens mis en oeuvre...Il y a moins d'enfants donc il faut moins d'enseignants. Il faut aussi que les résultats soit en face des moyens. Trop de jeunes sont en échec scolaire et n'ont pas les bases pour trouver leur place dans la société.
Depuis des années on a augmenté les budgets de l'éducation nationale sans résultat. Il faut dire stop aux dépenses et revoir les bases de l'éducation (lire,compter,écrire).
C'est simplement logique....

Erasme de Metz 15/03/2007 15:00

1) le ministère d el'identité nationale existe déjà ... c'est celui de l'éducation nationale ... encore faut il lui donner les moyens de son action

2) le fait que des entreprises fasse venir de la main d'oeuvre étrangère ne relève pas d'un lointain passé.
Les entreprises ne le font bien sur pas elles même, mais le développement des cascades de sous-traitants reporte sur des entreprises de second ou troisième rang (par rapport au donneur d'ordre) cette réalité (par exemple en Italie, il y a eu récemment un procès retentissant concernant une main d'oeuvre chinoise autour de Florence)

- la conséquence de ce qui précède est le fait de trouver beaucoup plus d'immigrés, clandestins pour certains, chez les sous-traitants, ceux en particulier où l'on trouve les métiers les plus à risque.
Nul mépris en cela, un simple constat de notre conformisme et de notre capacité à nous mettre des oeillères