Quelque chose de pas Net chez François Bayrou...

Publié le par jeunespop57

 

Celui qui se prétend être la candidat « apaiseur » de la présidentielle (n’ayons pas peur des mots !), vient encore une fois de jouer à l’ « agitateur » de service.

 

 

 

Farouche partisan d’un débat entre les candidats avant le premier tour, François Bayrou a proposé mardi à ses challengers de venir croiser le fer sur internet. Un « ring » inédit qui permet de contourner les limitations imposées par le CSA en matière audiovisuelle. Les Sages veillent en effet au strict respect du temps de parole entre les 12 prétendants, un contrôle qui ne s’impose pas sur le web, puisqu’il y est techniquement impossible. 

Internet permet en effet de s’affranchir de toutes les limites de l’audiovisuel en la matière. Le CSA a d’ores et déjà abandonné toute prétention à contrôler le web. Ce média permet également une diffusion en vidéo et même, sous condition de moyens, en direct. Et ce, sans limite de temps et visionnable à volonté par les Français dotés d’une connexion ADSL. 

 

 

Ségolène Royal, toujours prête à se livrer à n’importe quel exercice médiatique du moment qu’on la voit étaler ses sourires (ou plutôt rictus), et Jean-Marie Le Pen, dont les envolées lyriques sont inimitables, ont d’ores et déjà donné leur accord, l’une déclarant "Oui bien sûr, je suis disponible pour tous les débats", et l’autre assurant se prêter « avec plaisir » à l’exercice.

 

Mais Nicolas Sarkozy a opposé une fin de non-recevoir : « Il peut y avoir un débat à 12 ou pas de débat. Ce serait tout à fait artificiel de choisir un candidat plutôt que tel autre. Ce n'est pas même respectueux vis-à-vis des autres candidats », a-t-il déclaré en marge d’un déplacement dans le Morbihan. Un avis qui n'a pas plu à François  Bayrou. «Je trouve que ce n'est pas logique et pas civique de sa part de dire non», a expliqué mercredi matin le centriste sur France Info. Dans ce cas, la preuce est faite que Nicolas Sarkozy et François Bayrou n’ont décidemment pas le même sens de la logique et du civisme.

Noble requête que celle de François Bayrou.. mais inapplicable et injuste dans le cas présent, comme d’habitude.

Le débat politique se fait naturellement lorsque chaque candidat avance ses idées et son programme. Le cas de notre Béarnais national est plus simple : il n’y a pas de programme clair, net et précis. Quid du chômage ? De l’immigration ? Du pouvoir d’achat ? Des questions internationales ? De l’écologie ?

Personne ne sait, secret de fabrication oblige, peut-être…

Alors faire le coup du débat sur Internet alors que l’on sait pertinemment que c’est aller contre certains principes démocratiques…

 

 

Que se passe-t-il, François ? On se la joue provoc’ ?

 

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article