Royal inquiète les jeunes avec son contrat spécifique

Publié le par jeunespop57

Le débat sur le développement durable prévu hier matin ? Annulé. La conférence de presse du sénateur Jean-Pierre Bel pour présenter la réforme des institutions de Ségolène Royal ? Reportée. Hier matin, la candidate du PS a préféré présenter son « plan d'action pour les jeunes » lors d'une conférence de presse au PS.

Une partie de la jeunesse de gauche est en effet gagnée par le doute depuis que Ségolène Royal lui a proposé un « contrat première chance » la semaine dernière. Ce dispositif, que les socialistes ont tous « découvert » en même temps, conduirait les Régions à prendre en charge l'emploi d'un jeune sans qualification dans une entreprise de moins de dix salariés pendant un an. Les intéressés craignent un contrat au rabais.

Ségolène Royal a tenu hier à les rassurer. « Aucun talent ne doit être gaspillé », a-t-elle martelé. Sa priorité, c'est le « droit au premier emploi » des jeunes. En « contrepartie des aides publiques », les entreprises seront incitées « à leur tendre la main ». Pour être précise, elle a mentionné les principaux points de son programme : « Carte santé jeune », « contraception gratuite pour les jeunes filles de moins de 25 ans », « prêt gratuit de 10 000 euros », « emplois tremplins », « contrat première chance ».  Quid de la fameuse et tant réclamée allocation autonomie ?

 

 

 

Le malaise du MJS

Sur ce dernier point, elle n'a pas donné de détails. Elle n'a pas repris non plus dans son propos « l'allocation autonomie » qui figure pourtant dans son « pacte présidentiel », même si elle n'a jamais été enthousiaste. Elle prend donc le risque de froisser les organisations de jeunesse, dont c'est l'une des principales revendications. Pour ne pas répondre aux questions, Ségolène Royal a ensuite quitté la conférence de presse, laissant « la parole aux jeunes ». Une dizaine de membres de la « ségosphère » ont donc consciencieusement récité la doctrine royaliste. Le Mouvement des jeunes socialistes n'avait pas été convié, preuve du mépris ségolien envers la jeunesse, même celle qui la soutient…

Il faut dire qu'y compris au sein du MJS, la proposition est fraîchement accueillie. Un an après le CPE, l'annonce tombe mal. Les étudiants avaient manifesté précisément contre l'idée d'un contrat spécifique pour les jeunes...

Mais on ne le dit pas trop en préférant mener campagne sur le terrain. À deux semaines du premier tour, « on ne va pas donner le bâton pour se faire battre » par le camp d'en face, explique-t-on. Le président du MJS, Razzye Hammadi, s'exprime donc prudemment : « Il est pertinent de s'attaquer aux emplois vacants dans les petites entreprises. » Mais pour lui, les jeunes méritent « les mêmes conditions de travail que les autres ». Les Jeunes communistes, eux, ne se privent pas pour dénoncer cette « surenchère de recettes libérales ». Hier, le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a exprimé ses « réserves ».

« Sceptique », Bruno Julliard, président de l'Unef, premier syndicat étudiant, pense lui aussi qu'il s'agit d'une « mesure inappropriée ». Mais il attend (il peut attendre assis !) des précisions « sur le contenu » (contenu ?) : type de contrat, période d'essai ou rémunération.

Depuis le temps qu’on le dit, que le programme de Ségolène Royal pour les jeunes n’est qu’une grossière et outrageante arnaque, un simulacre de « désir d’avenir »… Désillusion, quand tu nous tiens…

A simple titre d’information, selon de récents sondages, les 18 – 25 ans auraient fait leur choix de vote : ils iraient majoritairement voter non pas pour Bayrou et encore moins pour Ségolène mais pour… Nicolas Sarkozy. CQFD.

 

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Fée Clochette 09/04/2007 18:15

c'est étrange, aucun commentaire socialiste sur cet article...

ump-ump 06/04/2007 20:39

Je pensse que madame royal devrait s'occuper de ses enfants.