Les recettes du MJS...

Publié le par jeunespop57

Ce week end s’est tenu à Paris le congrès du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) en présence notamment de nombreux éléphants du PS, Mrs Lang, Emmanuelli, Hollande...

Premier élément dérangeant, la participation des principaux protagonistes de la fronde anti-CPE, avec en premier lieu Karl Stoeckel, président du syndicat lycéen de gauche UNL et de Bruno Julliard, président de l’UNEF. Pour ceux qui se refusaient à voir la manipulation da la gauche dans la crise du CPE, via ses satellites lycéens et étudiants, le doute est dissipé…

Passons sur la composition du premier rang de la salle pour s’intéresser à ce qui a été dit à la tribune.

La proposition phare du week-end a été l’allocation autonomie. Sans originalité, puisqu’elle avait déjà été proposée en 2002 lors de la campagne présidentielle de Lionel Jospin. Sorte de RMI jeunes, elle consiste en le versement d’une aide financière à tous les 18-25 ans.

Cette proposition, qui a au moins le mérite d’exister, est dangereuse. Et ce pour plusieurs raisons :

 ü      elle est injuste socialement : doit-on aider de la même manière un fils d’ouvriers qu’un fils de notaire ? Mais cela relève de la philosophie socialiste : saupoudrage et égalitarisme

ü      elle ne donne lieu à aucune contrepartie en retour. Responsabilité et mérite sont bel et bien des valeurs étrangères au PS…

ü      elle est irresponsable : les jeunes socialistes chiffrent le coût de la mesure à 2% du PIB. La France a un PIB de 1600 milliards d’euros, je vous laisse donc faire le calcul…

L’aide sociale à destination des jeunes doit être réformer. Pas avec l’allocation autonomie, vous l’aurez compris…

Mais les pistes ne manquent pas : redéfinition des critères d’attribution des bourses pour mieux prendre en compte la situation personnelle des étudiants, prolongement des allocations familiales jusqu’à 22 ans, système mixte « bourse-prêt » avec une partie de l’aide versée sous forme de bourse et l’autre sous forme d’un prêt à taux 0% que l’étudiant rembourse une fois rentré dans la vie active…

 

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Tiphanie 29/04/2006 18:25

Bonjour,

Vincent, taper sur le dos des Jeunes Populaires, est-ce donc la seule activité intelligente que tu ais réussi à trouver ces derniers jours? Ah, c'est vrai... J'avais oublié... Vieille ruse socialiste... Quand on est à court d'arguments, il vaut mieux s'attaquer aux personnes. A moins que tu ne te sois inspiré de la politique maoïste des années 60 et que tu veuilles nous obliger à faire notre autocritique publique?...

Tu considères que l'allocation autonomie est un grand progès. L'expression en elle-même est un oxymore... Quelle autonomie lorsqu'on dépend d'une aide de l'Etat? Est-ce cela, "responsabiliser le jeune"?

Parlons chiffres à présent. Cette allocation, elle sera de combien? Je ne pense pas qu'elle soit supérieure ou égale au SMIC. Et ça, ce n'est pas de la précarité?

Ensuite, il ya quelque chose de profondément déplacé dans ce projet: le jeunes veulent un EMPLOI, un TRAVAIL (si ce mot est encore connu des jeunes). Or, leur donner une allocation qui s'apparente à un RMI jeune, c'est les conforter dans leur précarité et pire, leur faire implicitement accepter leur situation de précarité. Est-ce là le bel avenir que promet la Gauche à une jeunesse qui ne rêve que de devenir fonctionnaire (quelle ambition!)?

Rappelons que le CPE était un CDI et qu'il proposait une formation aux jeunes. Autrement dit, celui qui n'avait pas une formation adaptée pouvait corriger cette "erreur" au sein même de l'entreprise. Rappelons que cela coûte une fortune pour un Patron de former quelqu'un... Il n'a donc aucun intérêt à le licencier... Comme son nom l'indique, le CPE est un contrat d'EMBAUCHE et non pas de LICENCIEMENT!

La mise en place du CPE n'aurait coûté pas un centime à l'Etat(*). Grâce à vous, le cher contribuable que la Gauche affectionne tant va devoir payer 45 millions d'euros pour votre irresponsabilité, sans compter les factures (salées) que les anti-CPE ont grâcieusement laissé derrière eux pour les dégâts (dans le meilleur des cas) et les destructions du patrimoine français (dans le pire des cas => cf La Sorbonne) causés dans les universités.

Quelle belle jeunesse, respectueuse du savoir et de la connaissance! Vous parlez d'égalité, de démocratie de respect et même de droits! Pensez un peu à vos DEVOIRS. C'est ça être responsable. Et pensez-vous que c'était de l'égalité, de la démocratie et du respect que d'empêcher ceux qui voulaient travailler (encore ce gros mot!) de le faire? Quoique, si en fait... l'égalité dans l'échec, effectivement, c'est une manière de voir les choses... Tous dans la même galère, comme dirait l'autre! Sans parler du nombre de "leaders" anti-CPE dans les universités qui ne savaient même pas ce qu'était le CPE...

Quand on a le droit d'étudier, on a le devoir de le faire, ou du moins de ne pas priver les autres de ce droit. On ne fait pas de politique rationnelle et constructive dans la rue et sans savoir réellement pourquoi.

Et surtout, quand on a rien d'autre à proposer qu'une allocation (de plus...) pour vivre avec la précarité au lieu de la combattre, on a surtout le droit de cesser de brailler et on a celui de réfléchir.



(*) Je rappelle que l'Etat, c'est nous, les Français, et plus particulièrement, le contribuable, qui lui fait partie majoritairement de la classe moyenne. C'est-à-dire celui qui est "suffisement riche" pour que tous les impôts se déchaînent sur son portefeuille mais qui n'est pas "assez pauvre" pour recevoir le moindre centime d'aide. Un exemple de ces contribuables de classe moyenne: un couple gagnant à peine plus que le SMIC et ayant deux enfants. Et ne me dites pas qu'on ne trouve que rarement ce modèle familial en France: ce serait de la mauvaise foi!

GILLES 57 29/04/2006 10:35

Vincent
Je vois que les fais réels sont difficiles pour toi et je comprend.....Nicolas Sarkozy n'a pas de casseroles derrière lui....et c'est bien dommage pour vous.
Pas de prise sur un homme loyal (et non Royal...lol) .
Voilà je te laisse dans le noir avec aucun arguments (comme toujours) pour faire valoir les idées (y en a t'il????) socialistes....
Je comprend le désespoir de ton camp....Mais en 2007 , vote pour Sarkozy tu feras une bonne action pour ton pays....
C'est mon dernier message sur ce thème. bye

Vincent M. 28/04/2006 11:51

Gilles, tu évoques le changement de société en utilisant des faits certainement peu glorieux pour la politique et la France, mais quel lien avec le débat qui nous intéresse? Est-ce une manière de ta part de m'entendre rappeler les nombreuses affaires qui attendent Jacques Chirac (cela te ferait certainement plaisir) mais si tel est le cas ma faudra t-il aussi rappeler celles qui touchent ou devraient toucher Nicolas Sarozy?? Tu comprendras que l'on peut user des méthodes mais ça n'a aucun intérêt pour le débat public.

GILLES57 28/04/2006 11:16

Bonjour Vincent

Merci pour ce commentaire. Le changement , voilà encore un mot à la mode chez tes amis socialistes. J'ai l'impression de revivre la campagne de Mitterand en 1981 . Le changement était dans son programme. Bien, pourquoi pas. Et je me souvient d'une de ces phrases lors de son élection " l'histoire jugera " . Effectivement sur les affiches de Mitterand en 81 on pouvait lire "le chomage ne passera pas le million " erreur car en fin de régne Mitterand a laissé à la France plus de 3 millions de chomeurs. Je ne parle pas des écoutes téléphoniques , des menaces de mort sur un écrivain , du suicide d'un 1er ministre laché par son patron , du suicide dans les bureaux même de l'élysée d'un proche conseillé du président , l'entretien sur les fond public (nos impôts) de la double vie du président , avec voyage, équipe de protection du secret......Bref un vrai retour en arrière qui tenait certainement d'une très bonne formation de Mitterand pendant les années passé au coté du Maréchal Pétain à Vichy.
A cette époque Mitterand parlait de changement.c'était ça le changement? Je n'avais pas compris....
Alors maintenant regardons les candidats socialistes . Jack Lang , un ancien ministre de Mitterand (eeuhh incarnation du changement et de la modernité?) . Fabius , ancien 1 er ministre de Mitterand (rappelle toi , l'affaire du sang contaminé "responsable mais pas coupable...." ça laisse rêveur) . Stauss kan , oh la la un faux socialiste qui se cherche (encore une affaire , l'affaire de la cassette sur le financement des partis....il a du démissionner) . Et notre chère Ségolène qui arrive toute fraîche et un peu naïve.C'est le top , elle n'a pas d'idées , pas de programme et même pas son parti derrière elle.
Vraiment je trouve assez léger l'équipe de candidats du PS.
Regarde un peu et compare . Je ne te demande pas de prendre ta carte de l'UMP, mais regarde comme notre parti est démocratique, réformateur , moderne , et tellement jeune dans son esprit. Où y a t'il le plus de débat d'idées , de recherche de solutions ? c'est à l'UMP . Où y a t'il le plus d'adhésion depuis plusieurs années? à l'UMP . Je pense que c'est un signe. Non?
Tu vois j'apporte des faits , des exemples et je constate que le seul homme qui incarne le plus l'envie de changement des Français c'est Nicolas Sarkozy.
Je sais il dérange , et il parle vrai ...Mais moi j'aime ça , j'aime que l'on me montre où sont les problèmes et surtout que l'on propose une solution. C'est le seul à offrir des solutions aux problèmes des Français .Et je vais finir avec ça , c'est le seul qui aime réellement la France.

Vincent M. 27/04/2006 17:15

Revisiter l'Histoire, encore une chose que s'est autorisée la droite au détriment du respect de la mémùoire de tous.

Du changement? Oui, il est souhaitable mais crois-tu que Sarkozy l'incarne? Ote moi d'un doute mais il fut déjà présent en 1995 derrière Balladur (peu porteur de modernité il faut l'avouer) mais n'était-il pas déjà là avant? Etrange conception du changement...