Quelques vérités sur la scolarisation des enfants handicapés

Publié le par jeunespop57

loi-handicap-copie-1.jpgTout le monde se souvient de Ségolène Royal perdant ses nerfs et dévoilant son vrai visage lors du débat entre les deux candidats au second tour des élections présidentielles, sur la question de la scolarisation des enfants handicapés. La candidate se contentant d’une bilan somme toute pas glorieux lors de son passage comme ministre déléguée à l’enseignement scolaire et se payant de mots, tandis que Nicolas Sarkozy s’engageait à rendre opposable le droit à la scolarisation pour les enfants handicapés dans l’établissement le plus proche de chez eux, un droit consacré par la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Cette question est essentielle parce qu’elle est la condition indispensable de l’insertion de ces jeunes. C’est une question de justice sociale et d’égalité des chances.

C’est donc une obligation de résultats qui s’impose au gouvernement. Ainsi, le ministre de l’Education Nationale, Xavier Darcos, celui du Travail, des Relations Sociales et de la Solidarité, Xavier Bertrand, et la secrétaire d’Etat en charge de la solidarité, Valérie Létard, ont présenté un ensemble de nouvelles mesures en faveur de la scolarisation des enfants handicapés et de leur accompagnement au-delà du temps scolaire :

- des moyens humains supplémentaires pour l’accompagnement et l’intégration scolaire des enfants handicapés.
Ainsi, le dispositif des auxiliaires de vie scolaire (AVS) qui assurent l’accompagnement des enfants handicapés tout au long de leur scolarité a d’ores et déjà permis d’augmenter significativement le nombre d’enfants handicapés scolarisés en milieu ordinaire, qui est passé de 89 000 en 2002 à 160 000 en 2006. Malgré ce bilan positif, des progrès restent à accomplir pour offrir à l’ensemble des enfants handicapés une prise en charge adaptée.
C’est pourquoi, dès la rentrée 2007, 2 700 postes supplémentaires d’assistants de vie scolaire ont été créés au sein de l’Education Nationale, répartis équitablement entre les académies.
C’est aussi 200 unités pédagogiques d’intégration qui ont été créées, portant à 1 219 leur nombre, avec un objectif pour Xavier Darcos : passer à 2000 UPI en 2010. Tout le territoire sera ainsi couvert par des structures collectives spécialement adaptées à la scolarisation des enfants handicapés.
Enfin, 1 250 nouvelles places de services d’éducation spéciale et de soins à domicile vont être créées pour 2007, avec pour objectif de renforcer l’accompagnement des enfants à domicile pour leur permettre de développer ensuite leur autonomie en milieu ordinaire.

- un effort significatif en matière de formation
Pour répondre aux attentes tant des familles que des établissements, un effort particulier va être engagé en matière de formation et de professionnalisation des AVS, en lien étroit avec les associations spécialisés. Un groupe de travail a notamment été mis en place dès septembre 2007 pour définir le contenu et les modalités de cette formation.
De plus, dans le cadre du Plan « métiers du médico-social » qui sera présenté à la fin de cette année, en lien avec les acteurs régionaux et associatifs, le Gouvernement va présenter des mesures spécifiques pour la formation et la qualification professionnelle de l’ensemble des métiers du handicap.

- des familles mieux informées
Parce que la première étape de la mise en place du droit opposable à la scolarisation des enfants handicapés passe par l’information des familles, le ministère de l’Education nationale a mis en place une plateforme téléphonique (n° Azur : 0810 55 55 00). Celle-ci a pour but d’assister les familles qui n’auraient pas trouvé une réponse au niveau local, elle permettra d’établir un diagnostic et de rechercher avec les familles des solutions appropriées à chaque situation.

La question est trop importante pour des milliers de familles pour qu’elle ne mérite pas qu’on s’y attarde.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas 13/10/2007 15:42

Juste en complément à cette article.

Les AVS bénéficient depuis cette rentrée de 60h de formation sur deux ans (40h la première année et 20h la seconde année). Cette formation est "personnalisée" selon l'handicap de l'enfant dont l'AVS s'occupe.
De plus, les EVS (emploi vie scolaire) en charge des enfants handicapés peuvent bénéficier de diverses formations qui ont pour but naturellement de leur être utile dans leur mission d'aide, mais également de favoriser leur insertion professionnelle à l'issue de leur contrat (ex. : préparation à un concours).

De plus, il convient d'ajouter qu'il existe dans chaque académie plusieurs enseignants référents qui sont l'interface entre les familles et les institutions (Handiscol, les établissement scolaires, ...).